Corps aux traits arabesques, voluptés douceur café des îles, juste entre la Mésopotamie et le Brésil, voilà comment se profile le voyage sensoriel de la sculptrice Agatha Vanderveen. En élevant vers le ciel ses curieux poissons en papier mâché, Agatha nous plonge à la découverte du rêve primitif. 

Là où l’imaginaire prend son envol, et quant à son grand intérêt pour les arts premiers, là où les formes et l’instinct ne font plus qu’un.

 

Alexis Croisé